Historique de la troupe

LE POTAUFEU THEATRE, UNE GOURMANDISE SANS LIMITE :

 

Né en mars 1996 à Liège, le PotauFeu Théâtre a commencé par se nourrir d’ateliers théâtre pour jeunes. Les deux animateurs et comédiens principaux fondateurs de cette jeune association, Olivier Coyette et Rudy Goddin, étaient ce qu’on peut appeler sans complexe deux grands gourmands !  Deux gourmands des planches, du jeu, de l’écriture spontanée, du rire, des conversations autour d’un Orval, du boulet frites sauce lapin… enfin de la vie quoi !

L’envie commune de se confronter à toute sorte de public leur chatouillait les papilles gustatives. Ils salivaient sur un espace d’apprentissage ludique et accessible à tous, un espace de création pour laisser libre cours à leur appétit glouton.

L’Opéra Royal de Wallonie leur mit sur un plateau la salle du Petit Théâtre de la rue de la Casquette. Très vite leur insatiable envie de dévorer la création se mit a gargouiller dans leur estomac.

Au menu, il y eut :

« Maman revient, pauvre orphelin » de Grumberg mis en scène par Francis D’Ostuni.

« La lumière » de et mis en scène par Michel Udiany.

« La Vaisselle » de Olivier Coyette et Rudy Goddin.

« Il y a le feu » d’Olivier Coyette mis en scène par José Rodriguez.

« L’ombre et l’enfant » de et par Rudy Goddin avec le clown Elastique (théâtre jeune public).

« Dehors » film cout métrage de Rudy Goddin avec Olivier Coyette.

 

Et de nombreuses réalisations avec leurs élèves ainsi que d’autres groupes de jeunes en collaboration avec le Théâtre de la Renaissance, la Maison des jeunes d’Angleur et de nombreuses institutions scolaires…

 

La troupe a toujours privilégié un théâtre contemporain et novateur,  en misant sur le jeu avant tout et en gardant une cohérence par rapport à la réalité : pas de subsides ! Pas de folie des grandeurs ! Une recette qui marche depuis le début. Pas de décor, peu d’effets techniques, une bonne dose de générosité, un soupçon de folie, une cuiller à soupe d’originalité, une pincée d’humour… Mettre au four pas trop longtemps sous risque de tout brûler.

On dira que la gourmandise peut être un vilain défaut mais ici elle se place au niveau des cœurs et de la sensibilité, c’est une affaire de goût !

Bon appétit !

Rudy GODDIN.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog